TurboGrafx-16

Résultat d’une étroite collaboration entre l’éditeur Hudson Soft et du fabricant de matériel électronique NEC, la PC-Engine appraît en 1987 au Japon, puis quelques années après en Amérique du Nord sous le nom de TurboGrafx-16. Bien que son microprocesseur central reste 8 bit, la division américaine essaie de faire passer la console pour une 16 bit afin de rivaliser aves les consoles soncurantes.

​Au cours des années le TurboGrafx-16 a bénificié de quelque améliorations. Mais malheureusement l’une d’elle porte le coup fatal à la carrière du TG-16, le lancement raté du Super CD-ROM. Alors qu’au Japon, la quasi-totalité des possesseurs de PC-Engine supporte les CD, en faisant une composante indispensable, le Super CD-ROM est vendu beaucoup trop cher. De plus, bien qu’il y ait des centaines de jeux au Japon sur CD-ROM, la plupart sont des jeux de rôles plein de voix et de textes longs et coûteux à traduire. Ils seront malheureusement laissés pour compte.

​Les jeux qui sont traduits, lentement mais surment, ne sont malheuresuement pas les meilleurs. Certains titres excellents ne peuvent pas être exploités en Amérique du Nord à cause des contrats d’exclusivité sur le territoire Américain que Nintendo a fait signer à leur développeurs et qui les oblige à ne lancer que des versions NES.

​En quatre ans, le TurboGrafx-16 n’aura jamais réussi à vraiment s’imposer en dehors du Japon (PC-Engine) et NEC ne s’est pas depuis, essayé à nouveau à la création d’une console de jeux.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *