Arcade Jr. Pac Man

Jr. PAC-MAN, vous l’aurez deviné, est basé sur le jeu original de PAC-MAN. Lancé en 1983 par Midway, ce jeu ne faisait pas partie de la série des PAC-MAN, Jr. PAC-MAN fut créé sans l’autorisation de Namco, qui avait les droits sur PAC-MAN à l’époque. Ce fut l’un des jeux qui ont mené à la résiliation du contrat entre Namco et Midway.

Le joubilité ​​est très similaire à celle de son prédécesseur. Le joueur contrôle PAC-MAN Jr. (qui porte une casquette à hélice animée) et marque des points en mangeant toutes les pastilles dans le labyrinthe. Au total, six de ces pastilles sont disposés dans le labyrinthe, contrairement aux quatres du PAC-MAC « classique ». Quatre fantômes sont à votre recherche et tentent de vous manger. Certaines pastilles, une fois mangées, vont rendre ces fantômes vulnérable aux mâchoires de Jr. L’une des grandes différences de Jr. PAC-MAC face à la formule PAC-MAN « classique », est la taille du labyrinthe. En effet, ce dernier fait deux fois la grandeur de l’écran et les fantômes peuvent très bien se cachés du coté que l’on voit pas. Au total, sept labyrinthes différents sont offert au joueur.

Jr. PAC-MAN contient également quelques changement purement esthétique, comme de l’anticrénelage sur la police du titre et des scores. Certains noms des fantômes on changé aussi, Clyde (orange) pour Tim.

En raison de la popularité quelque peu limitée du jeu, initialement le seul port prévus était sur l’Atari 2600, cette version dispose de différents labyrinthes qui défilent verticalement plutôt qu’horizontalement, mais est par ailleurs une adaptation fidèle. L’adaptation pour l’Atari 5200 et les ordinateurs 8-bit ont été achevés en 1984, mais ont été vite abandonnées avec la sortie de Super Pac-Man.​​​

 

Arcade Tron

Le jeu d’arcade TRON, inspiré du film du même nom, est fabriqué et distribué par Bally Midway en 1982. En 1983, Midway a publié Discs of Tron, qui a été inspiré par la séquence de combat de disque du film. Un autre suite suivi en 2003 avec jeu pour ordinateur Tron 2.0. Le 10 Janvier 2008, le jeu a été publié pour le Xbox Live Arcade. Dans le film Tron: Legacy, le jeu d’arcade fait une brêve apparition, mais il est affiché comme étant fabriqué par l’entreprise ENCOM au lieu de Bally Midway.

L’arcade en elle même était distribué en quatre types: la standard verticale (upright), la version mini du standard, un format “cocktail” (table) et une version fermée avec siège. Lors de sa partie, le joueur incarne Tron, un programme de sécurité sensé surveiller les communication entre le Master Control Program (MCP) et le monde réel. Le jeu est subdivisé en 4 sous-jeux inspirés par les événements du film, soit les Light Cycles (les motos lumineuse), la bataille des tanks, la tour d’entrée et de sortie (le portaille) et la bataille final de Tron et le MCP. Chancun de ces sous-jeux dispose de 12 niveaux qui vont en difficuté croissante. Le joueur doit évidemment terminer un niveau avant de passer au suivant. TRON fut très bien reçu par la critique, il reçus même le “Coin-Operated Game of the Year” par Electronic Games Magazine.

 

Sega Turbo 1981

Contrairement à la plus part des autre arcades, le Turbo retiens votre score et l’affiche avec des DEL avec les plus hauts scores. L’arcade n’a pas non plus de couvert, de sorte que le nom du jeu apparaît uniquement au-dessus du moniteur et sur le côté.

Le Sega Turbo mettra vos compétences à l’épreuves. Pilotez votre bolide à la troisième personne dans la ville, dans les collines, dans des tunnels, dans de longues courbes, sur les ponts, dans la neige, au crépuscule ou à l’aube. Des changements imprévus testeront vos réflexes, des changements de température soudains allant à l’ambulance qui doit de toute urgence se rendre à l’hôpital. Des points sont accumulés en restant sur la route et en dépassant les autres concurrents. Pour remporter la victoire, le joueur doit dépasser trente voitures. La partie prend fin lorsque le temps s’est écoulé avant d’avoir dépassé trente voitures ou lorsque le joueur détruit sa dernière voiture.

 

Arcade TX-1

Le célèbre TX-1 fut développé par Tatsumi en 1982. Namco fut peu de temps après autorisé pour la distribution et qui à son tour autorisa Atari pour la distribution en Amérique du Nord. Le TX-1 place beaucoup plus l’emphase sur la simulation réaliste que ces principaux concurrents, notez que le joueur était forcé de rétrograder durant les virages pour éviter de perdre le contrôle de son véhicule. Il fut aussi le premier jeu de course à utiliser une carte de son à 4 canaux, soit l’ancêtre du ‘surround’ d’aujourd’hui. Le TX-1 comportait aussi un affichage unique à 3 écrans pour une vue panoramique. Qui plus est, l’Atari TX-1 a également introduit un ‘gameplay’ non linéaire, permettant aux joueurs de choisir le chemin après chaque point de contrôle, pour aboutir finalement à l’un des huit destinations finales possibles.

La jouabilé de ce titre était semblable à Pole Position, développé par Namco en 1983.​​ Dans ce dernier, le joueur devait piloter une Formule Un et atteindre des points de contrôle dans un temps bien précis. Contrairement à Pole Position, chaque ronde ce terminait par un point de ramification, selon le chemin que le joueur avait choisi, le cours du jeu s’en voyait sensiblement changé. Les deux dernière rondes étaient basées sur des célèbres pistes de F1 de l’époque. Les choix faits lors des trois premières rondes déterminaient quelles pistes allaient s’afficher. Le TX-1 fut un pionnier dans les simulateurs, ce style sera copié par une multitude d’autres jeux.

​​Il y a eu relativement peu de machines TX-1 initialement introduites en Amérique du Nord, et ce, malgré la bonne qualité de ce jeu.  Le prix d’achat était élevé et le jeu ‘buggait’ souvent du aux problèmes de chaleur des composantes expérimentales. Bref, c’était un premier essai.  Il ne reste qu’environ 4 machines TX-1 en Amérique du Nord. Le ‘Americain Arcade museum’ et le Musée du jeu vidéo du Québec ont un TX-1 en démonstration.