Atari 2600 – PAC-MAN

Pac-Man est créé par Toru Iwatani pour la firme nippone Namco. Le jeu est lancé dans les salles d’arcade Japonaises en automne 1979, sous le titre de Puck Man, dérrivé du japonais pakupaku, qui signifit l’action d’ouvrir et de fermer la bouche. Il connait un succès fulgurant et est commercialisé aux États-Unis ainsi que dans le reste du monde en 1980. Son caractère non violent serait l’origine de son succès chez les jeunes. Le changement de Puck Man à Pac-Man est relié au fait d’évité que des plaisantins grattent la boucle du P pour en faire un F, vous imaginez le reste… Pac-Man est par la suite adapté sur de nombreux ordinateurs et consoles comme l’Atari 2600, le Colecovision, la NES, l’Apple II, le Commodore 64 etc.

Pac-Man  est sans doute le personnage emblématique du jeux vidéo.  Il est de forme ronde, de couleur jaune et il a une bouche. Il doit manger des pac-gommes et des bonus sous forme de fruits et de clé dans un labyrinthe hanté par quatre fantômes. Quatre pac-gommes spéciales rendent les fantômes vulnérables pendant une cotre durée au cours du quel Pac-Man peut les manger. Lorsqu’ils sont vulnérables, les fantômes deviennent bleu et affichent une expression de peur. ​Le jeu était considéré comme n’ayant pas de fin, mais en réalité, il compte 255 niveaux différents car il est impossible de compléter le 256e niveau du à cause d’un bug remplissant la moitié droite de l’écran de symboles. Ce bug vient du fait que les niveaux étaient codés sur un seul octet.

 

Atari 2600 – E.T.

Suite au succès au cinéma du film E.T. l’extra-terrestre en juin 1982, Atari entame les discussions avec Steven Spielberg et Universal Pictures pour obtenir les droits du film pour l’adapter en jeu vidéo. Vers la fin du mois de juillet de la même année, Atari annonce qu’elle acquit les droits exclusifs. Bien que les détails de la transaction n’ont pas été dévoilés, la rumeur circule qu’Atari aurait déboursé entre 20 et 25 millions de dollars.
Spielberg recommande fortement Howard Scott Warshaw pour la conception et la programmation. Sa réputation auprès de Spielberg lui vien de son travail fait sur Raiders of the Lost Ark (le jeu). En raison du temps considérable des négociations, le jeu perd un temp fou de développement. Howard n’aura que six semaines pour mettre à terme le projet avant 1er septembre 1982, date limite pour pouvoir distribuer le produit lors de la période d’achat de Noël. Pour comparaison, le jeu Raiders of the Lost Ark a nécessité entre six et sept mois.Au lieu de créer un Pack-Man-like, Warshaw préfère aller dans l’originalité. Il veut baser son jeu autour d’une histoire en espérant retranscire les émotions qu’il a ressentis lors du visionnement du film. Malheureusement il doit limiter ses idées à cause du temps de développement trop court. Au final, Warshaw conçoit le jeu avec une complexité de développement raisonnable par rapport au temps qui lui est donné pour le réaliser.

Les ventes du jeu démarrent en trombe mais s’effondrent tout aussi rapidement et on le retrouvera rapidement en solde. Au final, E.T. l’extra-terrestrese vendra quand même plutôt bien, le jeu se classe même comme la huitième meilleure vente d’Atari. Mais, Atari avait surestimé son succès, seules 1,5 million de cartouches sur les 4 millions produites sont vendues. Pourtant, si Atari a fabriqué un bon nombre de cartouches de leur adaptation de Pac-Man, ce n’est pas le cas pour ce jeu. Ils ont néanmoins mal évalué le potentiel commercial de leur produit. Vers la fin de 1983, Atari enterra de nuit des stocks de produits dans un dépotoir du Nouveaux-Mexique, la rumeur veut que les copies invendues d’E.T. faisaient parties du lots. Toujours selon la rumeur, Atari aurait fais pavé l’endroit pour dissuader les curieux de venir déterrer les copies.​