NES – Final Fantasy

 
Pratiquement la planète en entier connait la légendaire série RPG des Final Fantasy. Aujourd’hui on peut compter seize versions différentes de Final Fantasy depuis 1987. Aujourd’hui le jeux évolue en parallèle avec chaque génération de console de salon. À l’époque il y eu un déclin d’intérêt vis-à-vis le Famicom Disk System connu internationalement sous le nom de NES ou encore, le Nintendo. Convaincu que ce projet serait le dernier avant de tout laisser tomber, Square l’a nommé Final Fantasy. À la grande surprise le jeux rencontra un véritable succès et sauva la compagnie de la faillite en lui redonnant un second souffle.

Le jeux vous fait prendre place dans un monde divisé en trois continents. Vous incarnez le rôles des quatre guerriers de la lumière. Le jeux offrait vraiment beaucoup de possibilités aux joueurs par exemple: chaque personnage pouvait être personnalisé selon se que vous vouliez qu’il soit parmi les classes suivantes ( Guerrier, Voleur, Moine, Mage Rouge, Mage Blanc et Mage Noir ), de plus, une fois avoir été suffisamment longtemps une classe, le personnage peut retenir certaines habilités de cette classe, même si vous décidé de changer. Le jeux offrait aussi un merveilleux style de combat, la vision de coté, le ou les monstres d’un coté et votre équipe de l’autre, chacun choisissait à tour de rôle une action stratégique afin de l’emporter sur l’autre. Plusieurs joueurs de jeux RPG ont la fameuse manie de tourner en rond durant des heures, afin de rebattre à nouveau ces montres qui ne cesse de réapparaître et qui vous font gagner en expérience, afin de combattre plus facilement les prochains monstres à venir dans cette histoire accrochante. Le jeu renferme aussi quelques secrets que je vous laisse découvrir si toutefois vous avez la chance d’encore posséder une NES.

Series – Mario Bros.

 

Mario fait son apparition en 1981, dans Donkey Kong et sous le nom de Jumpman. Il s’agissait alors d’un charpentier. Le célèbre plombier n’arrive qu’en 1983 dans Mario Bros qui est développé et édité par le non moins célèbre Nintendo. Mario Bros est imaginé par le grand Shigeru Miyamoto, qui est derrière les succès de Nintendo comme Donkey Kong, Super Mario, The Legend of Zelda, Star Fox et Pikmin. Mario Bros est ignoré à sa sortie dans les salles d’arcade, mais il trouve le succès en 1986 avec sa réédition sur NES et se vend a plus de 2 279 000 d’exemplaires. Lors du développement du jeu, Mario mourait s’il chutait de trop haut, Yokio (second créateur de Mario Bros) a suggéré à Miyamoto qu’il puisse tomber de n’importe quelle hauteur. Miyamoto n’était pas chaud à l’idée, mais se laisse convraincre par l’idée que son personnage ait une capacité surhumaine.

​​​​Selon Miyamoto, l’apparence de Mario n’a rien à voir avec le hasard. Il a avoué que sa casquette lui venait du fait qu’il trouvait compliqué de dessiner des cheveux et que si Mario passait devant un endroit noir, on ne verrait plus ses cheveux. Afin d’éviter de dessiner la bouche de Mario, élément trop fin pour les limitations techniques de l’époque, il lui ajouta une grosse moustache. Pour ce qui est de la salopette, il faudra attendre jusqu’en 1988, dans la version américaine et européenne pour que le choix des couleurs soit fixé, haut rouge et salopette bleu.

Le jeu met en scène le plombier Mario, qui doit combattre avec son frère Luigi, les créatures des égouts de New-York. Le but du jeu est simple, éliminer tous les ennemis du niveau en marquant un maximum de point et de passer au niveau suivant. Il est possible de jouer à deux, le deuxième joueur contrôlent alors Luigi et compétitionne avec le premier joueur. Les niveaux sont fixe et de petite taille. Ils comportent plusieurs étages sur lesquels les ennemis utilisent les tuyaux pour passer à l’étage supérieur ou inférieur. Les seuls mécanismes du jeux consiste à sauter et courrir. Il est aussi possible de sortir d’un coté de l’écran et d’en resortir de l’autre. Pour vaincre ses ennemis, Mario et Luigi, doivent frapper sous la plateforme de l’ennemi en sautant depuis l’étage inférieur, l’ennemi à présent sur le dos et vulnérable, il suffit de le toucher pour l’éliminer. Il existe trois types d’ennemis, les Carapeurs (et non Koopa Troopa, qui eux feront leur entrée dans Super Mario Bros), les Zarbipas qui nécessitent d’être frapper une seconde fois pour être vaincu et les Fighter Fly.​​​​

NES – Zelda

The Legend of Zelda paru sur NES en 1986 qui fût soit dit en passent, le premier d’une grande et indispensable saga appréciée de tous. Avec Legend of Zelda: Skyward Sword lancé sur Wii, quinze jeux font officiellement partie de la série Zelda. La série détient au total 14 records mondiales. Reconnu pour sont ambiance unique, sont petit personnage charismatique et pour sa qualité globale, vous tomberez en amour avec cette série de jeux qui est considéré comme l’une des franchises de jeux vidéo les plus importantes.

Zelda est comme un « jardin miniature » amené à la vie avec lequel on peut jouer, c’est un jeu d’action-aventure où le joueur incarne Link, un jeune homme armé de son épée et de son bouclier, doit sauvé Zelda la princesse d’Hyrule. Ce jeux est un mélange d’énigmes, de phases d’exploration et de combat, pour avoir résolu une énigme ou fouillé de fond en comble une zone, le joueur est fréquemment récompensé par l’acquisition de nouveaux objets, à ce moment précis, un son connu de tous ce fait entendre, quel sentiment de bonheur! Les donjons caches des objets spéciaux comme par exemple le fameux boomerang, qui immobilise les ennemis à une longue distance et que serait un elf sans sont arc. Link doit conquérir les huits donjons pour obtenir les huits pièces de « Triforce » enfin d’avoir accès à un neuvième donjons, pour sauvé sa princesse mais il devra affronter son ennemi juré Ganon, qui dans cette ancienne version, était sous forme d’un gros cochon. C’est un jeu qui fût aimé, tellement aimé, qu’un peut plus de six millions d’exemplaires on été vendu. Ce fut le commencement de ses millions de fans qui, encore aujourd’hui, on resté fidèles aux aventures de Link.​​

 

NES – Rad Racer

Je vous présente un jeu développé et publié par Square Co, Rad Racer le jeu de course pour la NES. Devrions nous l’appeler Rad Racer ou Highway Star? En effet la première version lancé plus tôt au Japon en 1987, s’appelait Highway Star. Mais pourquoi avoir changé de nom? Simplement pour évité l’homonymie avec la célèbre chanson de Deep Purple : Highway Star.

Un choix de deux voitures vous est offert, dont une Formule1 et une Ferrari 328. Le jeu propose une série de 8 courses où le joueur doit passer différents checkpoints, avec une limite de temps. En cas de collision, votre véhicule sera immobilisé pour un cours moment avant de pouvoir reprendre la course. L’animation des accidents, et c’est peut de le dire, est assez affreuse.  Attention, les adversaires deviennent de plus en plus agressifs au fil du temps, ils tenteront alors de se mettre à travers de votre route. Le graphisme offre une belle éventail de couleurs et une impression de vitesse très bien géré, même les décors au fond du tableau suivent et se rapproche au cours de votre progression, se qui rend ce jeux encore plus intéressant. Saviez-vous aussi que le jeu propose également un mode «3D» et oui même à cette époque grâce aux lunettes 3D bi-colores fournies, les joueurs pouvait avoir une impression d’image en trois-dimension.

 

Nintendo – Nintendo Entertainment System

Le NES, plus connu sous le nom de Nintendo, voit le jour au Japon en 1985. La NES joua un grand rôle dans la redynamisation de l’industrie du jeu vidéo, vendue à environ 50 000 exemplaires seulement à New York. Devant ce grand succès, la compagnie décida d’approvisionner de nouveaux stocks dans tout le pays. Nintendo lance alors simultanément dix-huit titres de lancements, dont Super Mario Bros. Pour sa sortie en Amérique du Nord, Nintendo distribua deux ensembles différents, le Control Deck, vendu 199.99$ comprenant le jeu Super Mario Bros et le second ensemble, le Deluxe Set, vendu à 249.99$ comprenant un petit robot nommé R.O.B. et un pistolet infrarouge pour les jeux Duck Hunt et Gyromite.

La NES est la première console à proposer une grande variété de styles de jeux: RPG, action, aventure, shooter et sport. La console est doté d’un microprocesseur de 8-bits, en laissant beaucoup à l’imagination. La console offre un très grand nombre de cartouches de jeu, ayant comme défaut principal les problèmes de contact, problème qui se prouvera récurrent plus tard chez les consoles Nintendo. Ces cartouches sont fait de trois différents composants principaux, une puce de RAM pour les graphismes, une mémoire ROM pour le contenu du programme et une puce d’authentification nommée 10NES, afin de relié la cartouche à la console pour valider l’authenticité du jeux (pour que seul les cartouches fabriquées par Nintendo puissent fonctionner). Par contre, la console offre aux joueurs la possibilité de jouer seul, ou bien, à deux joueurs pour une compétition, ou encore, un travail d’équipe afin de compléter les défis à relevé. Peu de temps après, Nintendo ont commencé à créer une variété d’accessoire tel que : Le Power Glove, le Zapper Gun, la game génie, le Speedboard, Roll & Rocker, le Laser Scope, le Uforce et encore beaucoup plus. Aujourd’hui la plupart de ces gadgets sont inclus de manière plus intéressante sur la Wii.​​