Sega CD – Shining Force CD

Shining Force CD est un jeux de combat/RPG tactique développé par Sega pour le Sega CD et lancé au Japon en 1994. Il s’agit en fait d’un épisode de la série Shining, reprenant les épisodes Shining Force Gaiden et Shining Force Gaiden II.

Pour ceux qui aurait joué aux versions sorties précédemment sur Game Gear, la jouabilité est la même. Le joueur progresse dans une série de combat tactique séparés par des cinématiques. Le jeu se sépare en quatre scénarios, quatre livre où joueur contrôle un personnage différent avec chacun leur histoire.

Fait intéressant, la traduction anglaise de ce titre est de loin beaucoup mieux réussi ​​que celle de ses prédécesseur (Shining Force I et Shining Force II). Cependant, il y a quelques erreurs, les personnages Hanzou et Musashi qui ont déjà parus dans Shining Force I, sont mal traduit et change de nom dans le deuxième livre.

 

Sega CD – Vay

Vay, est un RPG fantastique/science-fiction développé par SIMS au Japon pour la Sega CD. Working Desings c’est occupé de la mise en marché nord-américaine.

​​Il y a plus d’un millénaire dans les confins de la galaxie, une grande et terrible guerre fait rage. Durant ce conflit, une énorme machine quitte le champ de bataille. Comme son système de guidage est endommagé et son pilote est mort, l’engin continue de dériver dans l’espace. Après un temps, cette dernière se crash sur une planète nommé Vay. Il a fallu les forces combinées des cinq plus forts magiciens la planète pour arrêter la machine. Sa puissance a été scellé dans cinq orbes magiques, qui ont été emportées dans des endroits secrets. La machine elle-même a également été cachée. Plus les années avancèrent, plus la légende de la machine s’estompait.

​​Dans le royaume de Lorath, le prince Sandor est sur le point de se marier avec Dame Elin. Les plus importants dignitaires des quatre royaumes y assisteront pour veiller à ce que le royaume de Lorath soit sécurisé pour une autre génération. En pleine cérémonie, le château est attaqué par une armée de robot. Lors du siège, la citadelle est réduite en cendre et Elin est kidnappée. Sandor jura alors de sauver sa douce des bras de ses ravisseurs.

Vay possède une mécanique de jeu très classique aux RPG, le joueur gagne de l’expérience et de l’or en tuant des monstres rencontrés de façon aléatoire. Il peut aussi acheter de nouveaux équipements et apprendre de nouvelles habilitées.​​ Le jeu dispose aussi d’un système d’intelligence artificielle rudimentaire qui octroie aux ennemis la capacité de vous attaquer automatiquement.

 

Sega CD – Lunar

Lunar: The Silver Star est un jeu de rôle lancé en 1992 sur Sega CD. Le jeu est développé et édité par Game Arts. Initialement mis en vente au Japon le 16 Juin 1992, la forte demande de la critique fit en sorte que le jeu soit traduit en anglais et lancé l’année suivante. Conçu comme une nouveau style de RPG, Lunar: The Silver Star fait pleinement usage du support CD-ROM avec de l’audio de qualité, de la lecture de vidéo et une narration qui immerge le joueur dans une histoire fantaisique d’un mode magique.

Lunar: The Silver Star fut le numéro un des ventes au Japon, ce titre vendit presqu’autant de copies que la console elle-même et est toujours aujourd’hui le deuxième plus gros vendeur de tout les temps sur Sega CD. ​​

Le joueur incarne Alex, une jeune garçon​​ d’un petit village qui rêve d’un jour devenir une héros comme son idole Dyne le Dragonmaster. Lorsque qu’une petite aventure enfantine se change en la découverte d’un dragon, Alex et ses amis voyage au tour du monde pour gagner les pouvoirs nécessaires pour être à leur tour un Dragonmaster.

La jouabilité de ce titre, est une mécanique de RPG classique​​, une vue de haut avec des personnages en deux-dimension. Le joueur doit explorer des villes, des champs et d’autres environnements hostiles pour compléter les objectifs et faire avancer l’histoire.

 

SEGA CD

Le développement du Sega CD était top secret, les programmeurs de jeux ignoraient sur quel produit il concevaient jusqu’au Tokyo Game Show de 1991, où l’annonce du Sega CD fit grand bruit. On parlait alors du premiers lecteur CD pour console grand public. Contrairement au PC-Engine (TurboGrafx-16) qui supportait déjà le médium, le Sega CD était beaucoup plus accessible pour les non- hardcore fans.

La machine est lancée au pays du soleil levant le 1er décembre 1991, pour un prix de 49 000 yens (environ 200$). 100 000 unités seront vendues la première année. Le prix du Sega CD freina les ventes au Japon ainsi qu’en Amérique du Nord.

Il était difficile de créer des jeux CD pour une console qui, à la base, n’était pas assez puissante pour ce genre de support. Le résultat était souvent très médiocre: vidéos de très faible qualité en quelques couleurs et des jeux au gamplay raté.​​​​

 

Genesis – Sonic The Hedgehog

Alors que Mario est déjà depuis 1980 le symbole de Nintendo, Sega a comme seule mascotte Alex Kidd jusqu’en 1991 mais ce dernier est largement déclassé par Mario. Face à Nintendo et à son fameux plombier, Sega décide de créer un personnage attachant qui pourrait devenir la nouvelle mascotte de la firme. Un concours est organisé à l’interne et plusieurs personnages sont proposés. Il y a entre autre Sonic, un loup, un bulldog, un lapin et un homme à moustache (qui devient par la suite Dr. « Eggman » Robotnik, le méchant de la plupart des jeux de la série). L’annonce du jeu est faite et Sonic figure sur l’affiche du groupe de rock qui a composé les thèmes musicaux du jeu, Dreams Come True. Le jeu est lancé aux États-Unis le 23 juin 1991, puis débarque en Europe le même mois et au Japon dans une version légèrement retravaillé le 26 juillet. Bien que du même genre, Sonic the Hedgehog se démarque des jeux Mario en proposant un gameplay différent, fondé sur la vitesse.

​Dans le tout premier opus de la série, le Dr. Robotnik, un scientifique fou capture d’innoncents animaux pour en faire des robots maléfiques. Sonic rencontrera sur sa route les nombreux robots du Dr. Robotnik qu’il a la possibilité de les détruires, délivrant du fait même les animaux. L’attaque de Sonic, Super Sonic Spin Attack, consiste à se mettre en boule pendant la course pour charger ses ennemis. Sonic peut aussi amasser des anneaux qu’il trouve sur sa route. Collecter 100 anneaux lui donne une vie supplémentaire. Lorsqu’il est touché par un ennemi ou par un piège, il perd tous ses anneaux et ces derniers se dispersent, ne laissant que quelques secondes pour les récupérer. S’il est touché alors qu’il ne possède plus d’anneau, il perd une vie et recommence au dernier point de contrôle.

 

Sega Genesis – Phantasy Star 2

Phantasy Star 2 est un jeu de rôle de Sega sorti en 1989 sur le Sega Genesis. Il s’agit, vous l’aurez deviné, du deuxième épisode de la série des Phantasy Star. Quelque part dans la galaxie d’Andromède se trouve le système solaire d’Algol. Son étoile principale, Algo, a trois planètes en orbite autour d’elle. La première est Palm, le siège du gouvernement, où se trouvent les classes aisées de la population. La seconde est Mota. Anciennement désertique et hostile à cause de la présence de fourmis-lions géantes, elle est transformée en paradis tropical avec des moyens artificiels d’irrigation. Depuis, la vie sur cette planète est devenue agréable. La plus lointaine est Dezo, la planète de glace, peu connue.

​​Mille ans se sont écoulés depuis qu’Alis a libéré Algol de la domination de Lassic. Sous la direction d’un ordinateur géant nommé Mother Brain, Algol est devenue prospère. Vous incarnez Rolf, qui quitte sa maison de Paseo, capital de Mota, pour rejoindre Central Tower où le chef du gouvernement de Mota lui assigne une nouvelle mission.

Le jeu propose au joueur de diriger une équipe jusqu’à quatres personnages. Les combats se déroulent au « tour par tour » et le joueur donne d’abord les instructions aux personnages composant son équipe et suit le déroulement du tour. Puis il donne les instructions pour le tour suivant etc. Les ordres donnés vont de l’utilisation de magie, à l’attaque normale ou spéciale, en passant par l’utilisation d’objet ou la défense (à l’aide d’un bouclier). Le jeu est très difficile et le joueur est contraint de faire du levelling (stopper à un endroit du jeu pour s’entraîner et améliorer certaines caractéristiques de personnages).

 

Sega Genesis

Vers la fin des années 1980, la réputation de SEGA reposait beaucoup sur l’engoument des ses jeux d’arcade. Le PDG présent, Hayao Nakayama, prend la décision de développer une console 16-bit sur les bases des arcades System 16. La console reçoit comme nom de code MK-1601 et est lancé avec l’appellation de SEGA Drive, sauf en Amérique du Nord, c’est le nom Sega Genesis qui a été utilisé, car l’autre était déjà déposé.

​Au lancement de la Genesis en 1989, Nintendo possède avec son NES près de 92% du marché japonais et environ 95% du coté nord-américain. Prenant au dépourvu Nintendo sur le marché des 16-bit, SEGA arrive a placer la Genesis aux États-Unis et en Europe, balayant au passage le Turbografx-16. Le SEGA Genesis parvint même à être en tête du marché nord-américain en 1992 et 1993.

​En 1992 une version relooké de la Megadrive (SEGA Drive), la Megadrive II est lancé. Plus tard en 1997, la firme Majesco Sales obtient les droits pour re-commercialiser la Megadrive II en Amérique du Nord. L’année suivante, la compagnie fabrique une nouvelle version, la Genesis 3 et la commercialise au prix de 50$. Durant ses dix ans de vie, la Megadrive et la Genesis se sont écoulées à 39.70 millions d’unités.

 

Nintendo – Gameboy

Voici une console de jeux vidéo portable crée en 1989, le Game Boy. Elle eu un grand succès et dû à son écran monochrome, qui bien entendu, donnait une qualité d’image moyenne, réduisait son prix initiale. Cette console portable, de petite taille et autonome possède un catalogue de jeux très varié. Le Game Boy c’est propulsé parmis les consoles les plus vendu, tous ceci grâce à deux jeux légendaire: Tetris, qui était vendu avec la console en 1989 et Pokemon en 1996.  Le Game Boy a été vendu à plus de 100 millions d’exemplaires. Ce qui donne au Game Boy, la seconde place derrière la Playstation 2.

Depuis sa sorti en 1989, le Game Boy évolua en plusieurs version : Le Game Boy Pocket, Game Boy Light, Game Boy Color, Game Boy Advance, Game Boy Advance SP, Game Boy Micro et la Nintendo DS qui continu encore d’évoluer. Cette petite console portable est la fusion d’une console et d’une manette de Nintendo. Nombreux sont les jeunes ou encore les plus vieux qui ont profiter de leur passe-temps favoris à tout moment de la journée soit, en étant à l’école ou même durant une pose au travaille. Vous avez le choix parmis plus de 450 jeux, que vous soyez amateur de shoot’em up, de jeux de plate-forme, de jeux de réflexion, de jeux de combat ou de sport, le Game Boy original vous apportera entière satisfaction. L’alimentation du Game Boy se fait a l’aide de 4 piles AA, pour une période de plaisir intense pouvant durée environ 15 heures. Il possède aussi 4-canaux FM stéréo et une sortie pour les écouteurs, du haut de ses 8-bits il vous en fera voir de toutes les couleurs.​​

 

Sega Master System – Phantasy Star

Nous sommes au 342e siècle de l’ère sidérale sur trois planètes du système solaire d’Algol. Sur la planète Palma, sous le règne démocratique du Roi Lassic, les gens étaient heureux et vivaient dans le calme et la paix. Les scientifiques de Palma avaient mis au point, 200 ans auparavant, les voyages dans l’espace et cela avait permis de coloniser les deux autres planètes du système solaire, Motavia et Dezoris.

Malheureusement la situation ne dura pas. Peu à peu les choses commencèrent à changer.​​ Une nouvelle religion fit son apparition et la rumeur disait qu’elle venait d’une autre galaxie. Les prêtres, dont on ne savait rien et que personne n’avait jamais vu, promettaient l’immortalité à tous ceux et celles qui les rejoindraient. Le roi, commençant à se faire vieux, l’idée de la vie éternelle ne lui déplaisait pas. Ainsi fut-il le premier convertit et c’est alors qu’il changea. Un jour les prêtres lui offrit une armure mystique et dès ce jour Lassic gouverna en tyran malfaisant et corrompu.

Le jeu est étonnant, surtout si on le compare avec les autre titre de la Master System, et propose une vue à la première personne lors des donjons de plus qu’un​​ affichage s’approchant des jeux 3D qui sortiront que bien plus tard. On peut noter que le jeu est l’une des premières cartouches à inclure une mémoire interne destiné à sauvegarder la partie du joueur.

La première chose qui saute aux yeux est que le jeu est joli, très joli même pour la capacité de l’époque. La ville est grande (Caminet, capitale de Palma), composée de trois parties reliées par des sas, eux même gardés par des gardes. De plus, approcher un habitant, entrer dans un bâtiment ou même utiliser le menu principal fait apparaître une pseudo vue à la première personne offrant un nouveau point de vue sur la ville. Le tout, avec des couleurs chatoyantes et un design qui ne manque pas de goût, c’est certain, les graphismes contribuent parfaitement à l’ambiance et honorent les capacités de la Master System. Mais ça ne s’arrête pas là, au fil du jeu, vous rencontrerez une très grande variété d’environnements : des plaines de Palma, à la steppe enneigée de Dezoris en passant par le désert rocailleux de Motavia, on a vraiment le sentiment de voyager, chose étonnante pour un jeu vieux de plus de 20 ans !​​

 

Sega Master System – Action Fighter

Action Fighter est un jeu de combat motorisé développé et édité par Sega en 1986. D’abord lancé sur arcade, le jeu fut ensuite adapté pour l’Amiga, l’Amstrad CPC, le Commodore 64, pour le DOS, le Master System et enfin le ZX Spectrum.

Vous incarnez un agent secret qui reçoit une lettre du président pour effectuer une mission top secrète. ​​Au court de votre mission, vous piloterez une moto qui se transformera en voiture puis en avion (en récupérant les autres lettres) capable d’éliminer nombreux ennemis. Chaque niveau se défilent verticalement et possèdent une partie course où le joueur doit parcourir une zone le plus vite possible et une partie «shoot them up». La mécanique de jeu est calqué sur le classique Spy Hunter de Midway sortit en 1983.

 >